2007 Attractions et Oppositions, l’Animathèque (MJC), Sceaux, France

Attractions et Oppositions

L’Animathèque, Sceaux, France

Kasia Ozga cherche le sens véritable de la matière dont nous sommes fait et avec laquelle nous vivons. Elle pose la question : «A quel moment un objet que tout le monde connaît, un cordage, cesse d’être ce qu’il est ? » Elle essaie de comprendre comment nous l’apprécions en se battant parfois avec les qualités inhérentes aux matériaux qu’elle utilise.

Les formes qu’elle trouve viennent d’un savoir-faire technique et une connaissance des nuances des matériaux. Ses idées sont chaque fois liées avec les spécifiés de la matière. Sa recherche ne se limite pas à la tradition de la sculpture du corps humain. Kasia Ozga se confronte aux différentes traditions pour apporter un nouveau vocabulaire aux différentes matières.

Avec le bois, la résine, la terre, et surtout les cordes, sa réflexion se porte sur les différentes attitudes corporelles. Ses collages de mains et de pieds à partir de ces matériaux racontent les habitudes humaines relatives à l’environnement et aux sociétés.

Pour Kasia Ozga, la sculpture fonctionne comme une métaphore : elle existe dans l’espace en soi et en même temps suggère quelque chose d’autre. Elle amène le spectateur à dépasser ses réflexes culturels se pencher sur les collages qu’elle fait. Ses sculptures évoquent toute une gamme d’émotions ; de la tension jusqu’à la tendresse.

La corde est un matériau qui peut être à la fois « actif » et « passif » (mou) en limitant le mouvement et le permettant (en emboîtant et liant deux corps séparés) : Deux ficelles entourées l’une autour de l’autre sont plus résistantes que deux ficelles seules mais en même temps elles sont moins flexibles.

La corde symbolise chaque substance qui nous attire ou nous repousse en fonction des nos choix. Le sens des objets n’est pas déterminé à priori. L’utilité et la valeur des choses sont produites pas nos usages dans des endroits et dans des temps différents.