Présentation (fr)

Description de projet artistique – Switch Stance

Switch Stance est un projet interactif qui s’inscrit entre art dialogique (social practice art), intervention urbaine, et sculpture monumentale. Il invite de nombreux acteurs à participer aux dialogues autour de lieux publics. L’œuvre va répondre à des problèmes qui affligent les skateparcs existants (dégradations et manque d’entretien) tout en essayant de favoriser les échanges entre les utilisateurs du site et des habitants.

Objectifs

Le skate fait partie d’une contre-culture dynamique, qui favorise l’indépendance et la non-conformité aux règles limitant l’accès aux espaces publics. Alors que des skateurs dans les capitales touristiques s’approprient de l’espace urbain, des craintes au sujet de la criminalité, de la dégradation et de la responsabilité provoquent souvent des malentendus entre jeunesse urbaine et riverains. Pour riposter contre des stigmates existants, mon œuvre interactive met en évidence les compétences physiques et artistiques de jeunes skateurs, tout en les intégrant dans une plus grande conversation sur l’espace public, l’appropriation et l’utilisation des surfaces urbaines dans l’expression culturelle.

Les skateparcs sont des lieux publics dont le statut oscille entre accueil officiel et des actions de type guérilla visant à récupérer les espaces délaissés. Alors que paradoxalement le Royaume-Uni a désignée the Rom à Hornchurch comme premier skateparc protégé en Europe, de nombreux parcs sont menacés. Les autorités locales ne parviennent pas toujours à administrer ces terrains.

Les amateurs de skate prennent parfois les choses en main, en bricolant des structures non autorisées et autofinancées sur des terrains désaffectés. Certains ont acquis l’aide de leurs conseils municipaux afin de lutter contre la criminalité, fournissant une activité, tout en protégeant la propriété publique dans d’autres parties de la ville. En parallèle, ces lieux fonctionnent également dans des espaces virtuels : en ligne, des photographes documentent les figures des skaters, mettant en vedette des lieux défavorisés.

À travers des stratégies de création collaborative, je cherche à améliorer la condition et la visibilité des parcs de skate dans les environnements urbains. Plutôt que d’améliorer l’entretien des parcs existants, j’espère promouvoir les méthodes de construction et de mutualisation des biens valorisées par cette communauté comme un modèle pour les travaux publics initiés par l’usager socialement engagé.

Méthodologie

Switch Stance visera à exploiter les technologies de recouvrement et des peintures murales à grande échelle pour mettre en place des œuvres d’art site specific qui incitent les utilisateurs à réagir sur ce qui constitue l’espace public, et pourquoi ? Le projet aboutira par la création des collages à partir d’images et de textes sur les surfaces en béton de chaque site partenaire. Les images ne seront pas immédiatement visibles ; elles seront couvertes par une surface qui se dégradera au fil du temps grâce au passages répétés de skates. Chaque installation sera accompagnée par des ateliers publics, menées avec des associations locales, permettant aux usagers des parcs de rencontrer des artistes et des chercheurs plaidant pour une conception contemporaine des biens communs, exprimée aussi bien à l’échelle locale qu’à l’internationale.

Le développement de projet comprend plusieurs phases qui s’imbriquent sur 1 an et demi ;
Phase 1 :
– une recherche scientifique sur le développement des matériaux de revêtement (développement de prototypes et essais) — 6 mois
Phase 2 :
– gestion logistique des sites partenaires du projet) — 3 mois
– la recherche documentaire/ création de contenus locaux (groupes de discussion avec les usagers des skateparcs) — 3 -6 mois/site
– la préparation des images (fichiers numériques) et pochoirs – 3 mois
– des essaies des prototypes
– la production du projet (transfert d’image, traitement de surface) — 2 mois
– la documentation / analyse — 2 mois.

Alors qu’une première bourse du European Cultural Foundation (ECF) m’a permis d’entamer la première phase du projet, j’ai besoin d’un financement supplémentaire pour la deuxième phase, qui me permettra de développer le contenu pour chaque installation. En finançant la première itération d’un projet destiné sur plusieurs sites, votre organisme peut soutenir l’émergence d’un nouvel art urbain participatif co-créé entre des professionnels de l’art public et des groupes qui utilisent et contribuent à l’espace public au quotidien.

La recherche documentaire

Chaque phase de production comprendra des réunions coorganisées avec des partenaires locaux. Les sites de projets pour les itérations initiales et ultérieures de Switch Stance comprennent Engage Liverpool (New Bird Skatepark), Ex Caserma Liberata à Bari, en Italie, et Kaspian dans le quartier Petržalka de Bratislava, en Slovaquie. Ces partenaires travaillent pour le changement social à l’échelle locale en créant des opportunités pour des adolescents tout en militant pour améliorer leur environnement. Ils vont contribuer matériellement au projet et aider à organiser des ateliers et des événements sur chaque site. En plaçant mon projet dans des skateparcs urbains à travers l’Europe, j’espère à la fois répondre aux conditions locales et comparer la façon dont ces questions se posent dans différents contextes culturels.

Le contenu de chaque installation sera élaboré avec différents acteurs locaux sollicités à apporter des images et des messages pour alimenter l’œuvre. En tant qu’artiste, je vais me servir de ce banc documentaire pour construire des muraux adaptés à chaque site. Dans chaque emplacement, l’œuvre d’art fera lien avec d’autres initiatives pour identifier et préserver l’espace public. Dans le cadre de New Bird à Liverpool, la démarche s’inscrira dans l’implication des skateurs dans la protection du site de sa vente à des investisseurs privés.

Les résultats visuels révélés à chaque emplacement seront co-conçus par moi-même et les membres de la communauté. Les sujets potentiels varient tout en abordant largement les questions d’accès à l’espace public. Ceux-ci peuvent inclure des histoires locales, des personnalités, des statistiques, de l’information géographique, et des formes visuelles proposées par les usagers.

Une fois les images installées et la surface peinte. Les skateurs et les cyclistes vont, en roulant sur des half-pipes, des rampes et des coins de chaque parc, lentement dessiner de différentes marques sur le sol, effaçant le revêtement. Pendant plusieurs semaines, ces mouvements provoquant l’érosion des couches de peinture extérieure, va permettre aux images et aux messages initialement «cachés» d’apparaitre. L’étendue uniforme sera transformée en un dessin interactif. Quand des figures physiques auront de dimensions visuelles et temporelles supplémentaires, sauter sur place va aussi signifier aussi laisser sa trace dans le temps.

La Documentation

Sur chaque site, la documentation du projet sera une partie intégrante de l’installation. Des vidéos en accélérés montreront les murales qui vont apparaître au fil du temps, grâce aux mouvements aléatoires et intentionnels de skateurs. Accessibles en ligne, ceux-ci permettront aux internautes à voir le projet se dérouler. Des images d’un site peuvent être projetées sur les murs à côté d’autres skateparcs qui participent au projet, pendant des fêtes locales et des événements spéciaux, comme la Nuit Blanche. Des transmissions de vidéo en temps réel pourraient permettre aux skateurs sur différents sites de montrer des figures et envoyer des messages à partir d’un langage visuel commun.

Résultats

L’apport des organismes subventionnaires à la mise de fonds initial de mon projet de « dessins » en évolution constante, spécifiques au site, me permettra de réaliser la deuxième phase de recherche nécessaire pour la création de Switch Stance. Ce soutien me permettra à faire des voyages de recherche pour développer l’installation en Angleterre, Italie, et Slovaquie. Cette étape indispensable des rencontres avec des acteurs locaux va nourrir mon projet final. Une assistance de votre part m’aidera aussi avec des essais techniques des prototypes de la première phase, ce qui va conditionner la réussite de l’installation dans le temps. De plus, un soutien moral m’aidera à prendre contact avec d’autres organismes en France et à l’étranger susceptibles d’adhérer au projet, à long terme.

Ce projet incite à réfléchir l’appartenance des espaces publics et des processus de décision de leurs usages. L’espace est défini différemment dans chaque contexte ; ce n’est pas une notion constante, mais une idée modelée et remodelée en permanence au sein des sociétés démocratiques. La décision de permettre aux skaters d’accéder à des terrains publics est un symbole politique de tolérance pour les différentes pratiques et formes d’expression individuelles et collectives.

Plutôt que de définir des normes rigides limitant la façon dont l’espace public doit être utilisé et quand et pourquoi il doit être conservé, je crois que les personnes ont besoin de créer et renforcer des espaces pour l’innovation et l’exploration. Des conflits sur la nature et le rôle de l’espace public sont aussi inévitables que productifs. En impliquant les jeunes en milieu urbain dans la redéfinition de cet espace à travers une forme d’expression visuelle accessible, nous espérons catalyser des dialogues entre les différents membres de la société.

0 comments on “Présentation (fr)Add yours →

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *